screamscape

screamscape

co-laboration, d’abord de près

puis de loin

pour un jour­nal où les mots finis­sent détachés

de leur occasion

cela devient

un récit

sur le son

 

 

http://www.editions-clinamen.com

(juin-juillet 2015, paru­tion jan­vier 2016)

état des lieux

Un plateau des Zafi­maniry, un bol tibé­tain, un pan­tin sol­dat bar­i­olé qui s’agite avec une ficelle, une boîte au cha­peau de pois­son, un T en 3D avec motifs neu­ronaux, trois chablons à let­tres (bleu, rose et jaune), une pas­soire, une soix­an­taine de pièces de dif­férentes prove­nances, une cra­vate Corto Mal­tese, un bil­bo­quet inversé de Fin­lande, un sous-plat en liège découpé en forme de lune, de éti­quettes pour colis postaux, un mini-prisme kaléi­do­scopique vert émer­aude, un enneagone en tour­ma­line noire de Mada­gas­car, un presse-papiers en plomb taillé, un cal­en­drier ornithologique (2011), un bout de tissu tissé (bor­deaux et gris-blanc), un rouleau de papier auto­col­lant, pierre polie ovoïde verte et jaune à motifs, FB_IMG_1428087778834une boîte noire con­tenant un zippo et de l’essence à bri­quet, un yo-yo papil­lon noir, un rag de papier velours noir, turquoise et carmin, du raf­fia vio­let, rouge et vert, un petit morceau de corail blanc, une boîte arti­sanale en osier à lignes vertes con­tenant diverses graines, cail­loux, roches vol­caniques et une amulette alchim­ique, un emblème des baob­abs de Moron­dav, des lunettes 3D, un dou­ble couteau Zafi­maniry, les restes du tissu tissé, des lacets blancs et noirs, une amulette home-made de Jupiter et Shiva (pour l’action), diverses cordes de gui­tare, un disque lumineux ciné­tique, deux bracelets (dont un mal­gache), un sac de plas­tique rem­pli de cail­loux, coquil­lages, graines, bou­tons ; ban­des scotchées con­tenant des pétales, des pelures d’oignon et du tabac pressés, un rhinocéros en bois (orange) qui sourit, un ten­deur avec un cro­chet man­quant, un petit néces­saire de cou­ture dans une pochette à fleurs japon­isante, une fig­urine en plas­tique de Pluto cos­mo­naute, une minus­cule baleine triste en porce­laine, diverses roches vol­canique et un morceau de quartz, une barre en métal, un grelot sur un trom­bone, un cail­lou vio­let, un cail­lou en forme de rune, deux pelotes de fil (gris et bleu anthracite), un dessin (sur trans­par­ent rose) d’une femme cyc­lope nue avec des gros seins qui court, fin d’un rouleau de ficelle de chan­vre, de la ficelle de jute, une boîte d’aquarelle, deux petits bocaux, des enveloppes, une pierre décorée au stylo (anima sub­aqua­tique, datée du 05.12.07), un pull laine beige XXL tri­coté par grand-maman Yvette, une peluche souris rouge et motif à fleurs avec une seule oreille, une autre paire de lunettes 3D, une paire de gants en polaire gris sale, impres­sion d’une estampe japon­aise, une grande équerre en bois, un pan­talon en lin blanc, une baleine en palis­san­dre de Sainte-Marie, un t-shirt gris avec des petits vers blancs, une règle de 50cm, tirage encadré d’une pho­togra­phie inti­t­ulée « gon­dole con neb­bia », un soleil animé en bois peint, une chou­ette en porce­laine peinte avec des gros yeux et des fleurs, un petit bougeoir en bois gravé, une icône ortho­doxe sur bois représen­tant une Vierge à l’enfant, un com­pas lith­o­graphique en métal, un présente-livre en plas­tique trans­par­ent, un chat porte-bonheur chi­nois doré avec bras animé par une pile AA, icône ortho­doxe sur bois « Trinité » (signée Rou­blev XVe siè­cle) avec un accro­choir en cuir, de l’encens, une boîte à thé aux motifs roy­aux doré, vert pâle et carmin con­tenant une mon­tre à gous­set cassée avec les aigu­illes à nu, une ammonite, une pierre blanche ovoïde veinée de vert-gris, une pierre arc-en-ciel du Por­tu­gal, un morceau du vase brisé lors du cours du jeudi 7 avril 2011 « Le Temps, ce grand sculp­teur » de Yource­nar (cette inscrip­tion sur le morceau), une assi­ette en poterie avec le nom d’Allah venant de Cap­padoce, une petite boule tesla, un rétro­viseur, un livret en accordéon tibé­tain, une pierre turque con­tre le mau­vais œil, des boules de Qi Gong, une boîte en bois laqué rouge stradi­var­ius cel­tique, un tri­an­gle (instru­ment de musique), un scor­pion en métal taille réelle acheté dans une bou­tique à Paris, un porte-manteau en forme de H, deux branches de noisetier entor­tillées, une baguette de bois de sourcier rhinocéros en Y, une pierre sang polie veinée de blanc, deux objec­tifs pho­tographiques, un sac de coquil­lages récoltés sur une plage près de Tamatav, un coq étrusque, un dé à coudre en corne de zébu, une petite boîte hexag­o­nale en corne de zébu, un petit hibou en pierre tail­lée, une lampe à huile style lampe de génie en métal lourd, un bracelet de boulons, une stat­uette de Kali, uneART_6711 mini lampe de cein­ture, un cal­en­drier lunaire, un yo-yo jaune en plas­tique, un cin­tre vert en bois, une paire de lunettes 3D old style (bleu et rouge), une petite cuil­lère emmail­lotée de fils et dess­inée d’un œil et de sym­boles hin­dous, un arte­fact de type bracelet en métal pat­iné par l’âge d’origine incon­nue avec trois excrois­sances ressem­blant à des grelots, une boîte en osier sur le cou­ver­cle de laque­lle est couché un lézard en bois, une petite toupie en bois à haute tige, une poterie pour petite fleur de ma cou­sine Philo, une petite boîte en métal ronde gravée de motifs celtes et à cou­ver­cle vissé con­tenant une toute petite plume, une boîte en poterie mar­quée sur le côté « dried frog pills » et arbo­rant sur son cou­ver­cle une grenouille prête à sauter avec de gros yeux noirs, un panama, une pierre en deux fois cinq points entremêlés, une théière bleu doux sem­blable à un houka, un bâton de pluie, un cha­peau de magi­cien noir en étoiles, un agenda fait main allant du 10 mai 2010 au 18 sep­tem­bre 2011, un béret rond, une raque­tte de squash, un cadre d’ornement doré en métal habité d’une com­po­si­tion struc­turelle se déchi­rant autour de la phrase « le dormeur doit se réveiller », une mesure à lait en métal usé, une lampe métallique au design en T et à la lumière blanche, une tasse à rayure blanche et noire où se trouve enc­los dans une bulle le mot « whatever »,

La Désharceleuse

Un poème-essai sur le harcèlement de rue, l'occupation de l'espace urbain par les hommes pour les hommes... Le texte en .pdf ici, et ci-dessous en html.

Women of today are still being called upon to stretch across the gap of male ignorance and to educate men as to our existence and our needs. This is an old and primary tool of all oppressors to keep the oppressed occupied with the master's concerns.

Audrey Lorde …More

MDMA — journal d’expérimentation

Mod­ifi­ca­teurs d’état de con­science, en des cir­con­stances ordi­naires. Pas lors d’une fête, pas pour faire quelque chose de spé­cial, mais pour redé­cou­vrir et dé-connaître, ce que nous faisons tous les jours presque sans y penser.

  3,4-méthylène-dioxy-methamphétamine

mdma51More

… le moteur noir de ton paysage

Un texte écrit pour Jean-Marie, la nuit avant sa mort le 14 août 2014. Atteint d'une leucémie chronique depuis décembre 2008, après cinq et demi de lutte, il avait décidé d'arrêter les chimios et de marcher vers sa mort, avec l'aide de l'association Exit. Une cérémonie de départ a eu lieu lundi 18 août à Lausanne. J'y ai lu ce texte, parmi d'autres interventions de parents et d'amis. J'y joins ce morceau de l'Ecclésiaste qui m'a accompagné ces derniers jours.

More